QUELQUES NOTIONS SUR LES PERLES AU CHALUMEAU

perles-de-verre-au-chalumeau-atelier-artiste-verrier-lyon

Le métier de Perlier d’Art, également appelé “facteur de perles”, consiste en la création de perles en verre au chalumeau.

Depuis leur origine 3500 ans av. J.-C., les perles de verre ont toujours fasciné. Elles racontent tout à la fois la rencontre du verre et du feu, l’Histoire des civilisations, et transmettent savoir-faire, art et créativité de génération en génération !

Le matériau verre

Il existe deux grandes familles de verre utilisé pour le travail du verre au chalumeau : les sodocalciques et les borosilicates (ces derniers étant principalement utilisés pour la chimie et par les souffleurs de verre).

Pour la fabrication des perles, on utilise le verre sodocalcique dont la température de fusion est plus faible (autour de 600°C contre 800°C pour le boro) et qui offre une gamme de couleurs bien plus étendue !

Le verre de Murano (Italie) est évidemment très utilisé mais on trouve aussi des verres allemand, anglais, américains, japonais.

Le matériel du perlier

Bien évidemment, le chalumeau est l’outil principal du perlier. Il fonctionne au propane et à l’oxygène.

A cela s’ajoute toute une collection d’outils qui permettent de façonner le verre : pinces (brucelles, clamps…), pointes métalliques, palettes graphites, etc…

verre-murano_artisan-verrier_atelier-verrier-lyon
chalumeau-verre-de-murano-savoir-faire-verrier-verre-a-chaud

Technique de fabrication d’une perle

La mise en forme des perles de verre :

L’extrémité de la baguette de verre est chauffée progressivement : d’abord en haut de la flamme puis plus bas, là où la flamme est la plus chaude (1200°C).

Le verre en fusion change progressivement de couleur, rougeoie et prend la consistance du miel. S’il est chauffé trop rapidement, il y a un risque d’éclatement dû au choc thermique auquel est très sensible le verre sodocalcique.

Le verre est alors tiré en fil (d’où le nom de verre filé) et enroulé autour d’un mandrin en métal qui aura été préalablement enduit d’un séparateur (fine couche de boue empêchant le verre d’adhérer au métal).

La forme est ensuite obtenue par un mouvement de rotation continu du mandrin. Il s’agit de jouer avec l’attraction, de surveiller que le verre ne coule pas.

En gérant la fusion du verre (chauffe et refroidissement), il est possible de créer des décors plus ou moins en reliefs, plus ou moins mélangés. On peut aussi inclure des émaux, métaux ou oxydes. Bref, une infinité de motifs est possible ! Le processus peut prendre de quelques minutes à plus d’une heure en fonction de la complexité de la perle.

Celle-ci ne doit à aucun moment être retirée plus de quelques secondes de la flamme : le refroidissement trop rapide des couches supérieures entraînerait la casse immédiate.

La recuisson du verre :

La recuisson des perles au chalumeau est une étape non négligeable puisque c’est elle qui va assurer une solidité maximale de la pièce.

Au fur et à mesure de leur fabrication, les perles sont déposées dans un four spécial verre (à 500°C) avec le mandrin. En fonction du diamètre des perles, la durée de recuisson varie d’une à plusieurs heures.

La perle totalement refroidie sera ensuite retirée du mandrin et nettoyée des résidus de séparateur.

 

Venez découvrir par vous-même le verre filé au chalumeau à l’occasion d’une séance découverte !

Et si vous vous demandez si les perles en verre, c’est fragile, cliquez ici 😉

perle-chalumeau_verre-fusion_perlier-lyon
verrerie-d-art-four-de-recuisson
perles-de-verre-perlier-d-art-de-france